La veille économique et financière quotidienne
Application

Téléchargez
FiBee App

Profitez du meilleur de FiBee en téléchargeant gratuitement l’application sur l’Apple Store et Google play.

Macroscope : Jerome ou Janet ?

Navigation dans l'article
  1. Télex

Composante majeure des perspectives économiques, la santé du marché de l’emploi est devenue un sujet encore plus crucial depuis quelques mois aux Etats-Unis, après qu’elle a intégré officiellement le mandat de la Réserve fédérale américaine. Son directeur, Jerome Powell, a depuis rappelé à plusieurs reprises que la banque centrale maintiendrait une politique monétaire accommodante tant que le marché du travail américain n’aurait pas donné de signes tangibles d’amélioration. Il a même récemment précisé que l’objectif de la Fed n’était ni plus ni moins que le plein emploi. L’enjeu du rapport sur l’emploi américain publié le 2 avril dernier est donc d’importance.

Il l’est d’autant plus qu’à l’occasion d’une prise de parole commune le 23 mars, le patron de la Fed et sa prédécesseure, Janet Yellen, aujourd’hui Secrétaire d’Etat au Trésor, avaient affiché une certaine divergence de vue sur le calendrier de la normalisation de l’emploi américain. Alors même que Jerome Powell, ainsi que plusieurs membres de la Fed, n’ont cessé de rappeler que cela prendrait du temps, Mme Yellen avait, pour sa part, estimé que les Etats-Unis pourraient retrouver le plein emploi dès l’année prochaine. De quoi plonger dans la circonspection des marchés particulièrement attentifs à tout élément pouvant annoncer un futur resserrement monétaire.

A première vue, les chiffres publiés début avril par le Bureau of Labor Statistics (BLS) sembleraient donner raison à J. Yellen. Les créations d’emplois, pourtant attendues très fortes (660 000), ont pulvérisé les anticipations, en ressortant à 916 000. A ces dernières, il faut ajouter les quelque 90 000 créations au titre de la révision des chiffres du mois précédent. Si l’on excepte les mois de mai à août 2020, correspondant à la réouverture de l’économie américaine, il s’agit de la plus forte création mensuelle d’emplois depuis 1983. Le taux de chômage a ainsi reculé à 6,0%, contre 6,2% en février. Incontestablement, la situation de l’emploi américain continue de s’améliorer à un rythme élevé. Suffisamment pour coller à la prédiction de Janet Yellen ? Sans doute pas.

Pour nuancer ces très fortes créations d’emplois, il faut observer le taux de participation (population active rapportée au total de la population en âge de travailler). Celui-ci n’a que modérément progressé sur le mois (+0,1%) et reste, à 61,5%, nettement inférieur à ses niveaux d’avant crise (63,4%). Autrement dit, les 5 millions de travailleurs américains sortis de la population active pendant la crise de l’an dernier ne reviennent toujours pas massivement sur le marché de l’emploi. Or, J. Powell regarde cela attentivement, considérant que ces travailleurs doivent être ajoutés au total des chômeurs pour obtenir une vision réelle de l’impact de la crise. Si l’on effectue cette analyse, le taux de chômage américain reste encore nettement supérieur, à 8%. Encore loin donc du taux inférieur à 5% qui pourrait caractériser le « plein emploi ».

Par ailleurs, les mesures complémentaires décrites par M. Powell et constituant son tableau de bord sur l’emploi, telles que le taux de participation des diplômés du secondaire – sans diplôme supérieur – ou le taux de chômage des populations afro-américaines, n’affichent pas d’accélération nette par rapport aux chiffres de l’ensemble de la population. Match nul entre Mme Yellen et M. Powell, pourrait-on donc être tenté de dire. Plus concrètement, ces chiffres n’accentuent pas réellement le risque de voir la Fed diminuer son soutien monétaire plus tôt que prévu. En revanche, ils vont dans le sens de la poursuite d’une forte reprise économique, d’une pression à la hausse sur les taux d’intérêts et d’une surperformance des actions des entreprises, croissance et value, les plus sensibles au cycle économique. 

Télex

♦ Un temps que ceux de 35 ans… Dans la lignée des enquêtes d’activité manufacturières menées par les Fed régionales, l’ISM Manufacturier a surpris à la hausse et atteint un plus haut de plus de 38 ans. Les composantes fondamentales — production, nouvelles commandes, emploi — sont très bien orientées, atteignant elles aussi des niveaux élevés, tandis que les composantes pointant un déséquilibre entre la demande et l’offre (prix payés et délais de livraison) sont toujours très tendues.

♦ Alignement. Les PMI finaux en zone euro pour le mois de mars dressent un bilan très positif de l’activité manufacturière. A 62,5, le PMI manufacturier de la zone euro atteint son plus haut niveau depuis la création de l’enquête en 1997. Par ailleurs, pour la première fois depuis novembre 2017, tous les pays de la zone euro affichent un PMI à la fois supérieur à 50 et en hausse sur le mois. Une bonne nouvelle alors que le durcissement des mesures de confinement risque de peser encore quelques mois sur l’activité des services.

Article achevé de rédiger le 02/04/2021.
Les informations communiquées sont le résultat de recherches internes fondées sur la base des meilleures sources en notre possession et issues d’informations publiques. Elles sont réalisées par l’équipe de gestion dans le cadre de son activité de gestion d’OPC et non d’une activité d’analyse financière au sens de la réglementation. Elles ne sont pas constitutives d’un conseil en investissement.
La Financière de l’Échiquier décline toute responsabilité quant à la pertinence ou à la réalisation de ses prévisions.

Source : La Financière De L'Echiquier par Enguerrand Artaz, Gérant.

Vous avez trouvé cet article intéressant ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter ce message.

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été intéressant !

Améliorons cette publication !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cette publication ?

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publications similaires
+ PLUS

Marchés obligataires : une désinvolture coupable de la Fed ?

Les propos de Jerome Powell n’ont pas convaincu les marchés obligataires, qui ont poussé le 10 ans américain de nouveau autour des 1.60% ! La Fed donne-t-elle le sentiment de ne pas se préoccuper de ce qui se passe sur les taux souverains ? Qu’est ce que les marchés attendent vraiment d’elle ? L’analyse de Véronique Riches-Flores, économiste et présidente de RF Research. Ecorama du 8 mars 2021, présenté par David Jacquot sur Boursorama.com Source : Boursorama advertisement: Cette actualité est fournie par Fibee App
+ PLUS

MACROSCOPE : Harder, Better, Faster, Stronger.

Dans la bouche d’un membre du directoire de la BCE, ces paroles ont de quoi surprendre. Pourtant, elles ont bien été prononcées par Fabio Panetta la semaine dernière, non pas sous les stroboscopes d’une boîte de nuit, mais lors d’une conférence en ligne de l’université Bocconi de Milan, situation sanitaire oblige. En plus de rendre hommage au duo Daft Punk qui vient d’annoncer sa séparation, son message a pour but d’illustrer clairement la trajectoire que va prendre la politique monétaire de la BCE dans les trimestres à venir. Elle est limpide : “The harder we push to close the output and inflation gaps, the better the outlook for the euro area economy. And the faster we get there, the stronger our growth potential will be.” 1 Autrement dit, ce ne sont pas les craintes de poussées inflationnistes ici ou là qui risquent de retourner la posture accommodante de la BCE à moyen terme. Pour preuve, l’institution estime que les prix à la consommation sont plus de 10% en-dessous de la traje..
+ PLUS

Aker ASA, le magnat norvégien de l’énergie s’engage dans le Bitcoin

L’entreprise Aker ASA, géante de l’énergie cotée à la bourse d’Oslo, ne se contente pas d’investir 58 millions de dollars dans le Bitcoin. Elle a également créé une filiale dédiée pour accompagner son investissement et développer des projets autour de BTC. Une annonce loin d’être anodine. Un investissement engagé Si l’investissement de Tesla dans le Bitcoin a fait grand bruit, si la frénésie d’achat de MicroStrategy sidère, avec le géant norvégien, le tournant institutionnel du BTC prend une nouvelle dimension. En effet, si Elon Musk a fini par se tourner vers le Bitcoin, poussé par le pionnier Michael Saylor qui, avec sa foi de charbonnier, a été le premier à envisager Bitcoin comme rempart face à un dollar en voie de dévaluation, c’est pour sa qualité de réserve de valeur. Alors certes, le provocant PDG de Tesla a pu émettre l’hypothèse que dans le futur, sa société accepterait le BTC comme moyen de paiement mais le géant norvégien, s’il dispose d’un portefeuille plus petit, a des a..